More Archer

Archer et Katya avec du champagne

Du sexe et du champagne, la grande vie pour Archer !

Vous avez peut-être déjà la chance de connaître Archer, une série pleine d’humour, de violence, de sexe et – ce qui nous intéresse le plus ici – d’alcool, ou de l’avoir découverte avec notre introduction à la série Archer ( je vous invite à la lire si vous ne l’avez pas fait).

Nous allons continuer à décortiquer des images issues de la série, essayer d’y reconnaître quelques bouteilles et autres cocktails.

Commençons déjà avec l’image qui illustre cet article. Vous avez certainement déjà remarqué ses courbes, son habillage sexy. Rien qu’en la voyant, vous savez que vous allez passer une bonne soirée avec elle. Je parle bien sûr de la bouteille de champagne qu’Archer tient à la main. On y reconnaît encore une fois une imitation de l’étiquette de Dom Perignon. Ah sinon, il y a aussi Katya sur l’image, (spoiler alert !!!) une espionne russe, qui deviendra aussi la femme d’Archer, puis un cyborg (oui cette série n’a ni queue ni tête).

 

Mallory Archer, une grande connaisseuse

Malory Archer

Malory Archer s’y connaît en Sherry

 

Malory, la mère de Sterling Archer est certainement l’alcoolique la plus pathologique du groupe. Mais attention, s’il lui arrive pendant quelques phases de manque d’être prête à tout pour avoir sa dose, quitte à boire de l’éthanol industriel, elle n’en est pas moins connaisseuse, précise et exigeante. Ainsi quand elle parle de sherry, elle va jusqu’à préciser qu’elle boit de l’Amontillado, et non pas du Fino !

 

Malorye nue coincée dans l'ascenseur

 

Une fois Malory est restée coincée dans un ascenseur. Qu’importe, elle avait une bouteille pour passer le temps. Mais quand elle l’a cassée accidentellement, elle n’a rien trouvé de mieux que d’enlever sa robe pour éponger, puis de l’essorer dans son verre pour boire un petit coup !

 

Glengoolie, le « Johnnie Walker » de la série

Glengoolie Blue

Le Glengoolie Blue, le haut de gamme de chez Glengoolie

 

Référence à Johnnie Walker, on voit souvent Archer boire du Glengoolie Black. Mais dans cette épisode, Cyril Figgis nous apprend qu’il garde une bouteille de Glengoolie Blue en réserve, pour une grande occasion, puisqu’il s’agit du haut de gamme de chez Glengooglie. Tiens donc, comme chez Johnnie Walker !
Bon là Cyril est un peu réticent, parce qu’Archer vient tout juste de se remettre d’un cancer du foie.

 

Un petit clin d’oeil à Paris Match et France Soir

Pour sortir du domaine de l’alcool, on trouve plusieurs fois des références à un magazine qui s’appelle France Matin (le titre rappelle donc France Soir), mais dont la mise en page et beaucoup plus proche de celle de Paris Match, je vous laisse en juger par vous mêmes.

 

France Matin

FranceMatinODIN2

Un classique de la Nouvelle-Orléans : le Hurricane

Non seulement cette série a très bon goût en matière de cocktails, mais elle est aussi très bien documentée. Lors d’une visite dans les bayous de la Nouvelle Orléans, Archer se met dans l’ambiance à peine le voyage commencé : il décide de commander à l’hôtesse des Hurricane.

Ce cocktail a une histoire assez amusante : il a été créé juste pour se débarrasser des surplus de bouteilles de rhums. Pendant la seconde guerre mondiale, le whiskey était rare aux Etats-Unis (surtout que la production redémarrait lentement après la Prohibition). Il fallait donc acheter quelques caisses de rhum pour avoir le droit d’acheter des caisses d’alcool de céréales.

 

Archer a besoin de Hurricanes

Archer a besoin de Hurricanes pour faire passer le voyage

J’espère qu’on vous a donné envie de vous y mettre !

 

Le sirop d’orgeat – Comparatif de sirops, recette express et cocktails !

Les plus jeunes sont habitués au sirop de menthe, qui a le goût de menthe, au sirop de fraise, qui a le goût de fraise… mais l’orgeat, quel goût ça a ?

L’histoire veut que le sirop d’orgeat soit à la base constitué d’orge et/ou d’amandes amères d’où son nom « orge-at ».  On le rencontre dans les Mr. Freeze lorsque l’on a encore qu’une poignée d’années, puis dans les mauresques que boivent les sudistes, ces « cocktails » composés d’anisé et de sirop d’orgeat ! On arrive à identifier le goût fort d’amande amère, provenant d’un sirop industriel, ce sont ces notes qui prédominent.

Dans les cocktails, ce sirop est omniprésent dans la culture Tiki, mais pas seulement (pour en savoir plus sur l’histoire du sirop)

Histoire, recettes et comparatifs de sirops maison et industriel d’orgeat

Le sirop d’orgeat est typiquement l’un des ingrédients qui partage les amateurs de cocktails en 2 groupes:

  • Les nerds, d’un coté, prêts à tout pour « retrouver » le goût du cocktail d’antan, avant l’industrialisation des procédés, les composés chimiques, etc.
  • Les fainéants, qui eux, vont se contenter d’un sirop (industriel le plus souvent) s’approchant du goût « originel » du produit, pour s’épargner le temps passé à collecter les ingrédients et reproduire le produit dans sa recette la plus pure.

Je dois vous avouer que je me situe habituellement dans la seconde catégorie et ma passion pour les spiritueux et les cocktails s’arrête lorsque le travail préliminaire pour réaliser les ingrédients adéquat est jugé trop conséquent à mon goût (lire: dès qu’il est supérieur à zéro).

Cependant, on aura vite fait de penser que ces sirops historiques, tel que le sirop de grenadine, sont très compliqués à réaliser…

Si vous êtes familiers de notre recette de sirop de grenadine express, plus jamais vous ne pourrez vous tourner vers l’équivalent industriel qui d’ailleurs ne comprend aucun jus de grenade…

Et c’est donc le but de ce nouvel article, vous fournir une recette de sirop d’orgeat express, vous évitant de vous tourner vers une recette industrielle.

Déchiffrage de l’étiquette d’un sirop industriel

Pour le sirop de grenadine, nous avions décrypté la liste d’ingrédients située au dos d’une bouteille de sirop indus. Le simple fait de ne pas voir le mot « grenade », donnait des signes avant-coureurs du manque de respect pour le produit original.

Dans le cas du sirop d’orgeat, c’est bien plus retors… Voici l’étiquette d’une bouteille de sirop industriel…

orgeat-monin

Étiquette du sirop industriel monin

Rien ne laisse transparaître la médiocrité du sirop, la description ne pourrait être plus opaque… Sucre, eau, « arôme naturel d’amande »…

Le fameux « arôme naturel » très souvent détourné, jamais égalé, que l’on retrouve pour tous les ingrédients qui valent cher lorsqu’ils sont authentiques (vanille, pistache, truffe, etc.)

Et oui parce que, au risque de vous retourner le cerveau, « arôme naturel de vanille » par exemple, ne signifie absolument pas qu’une une once de vanille a servi à la fabrication du produit… Dans le cas de la vanille, les industriels se servent de champignons synthétisant la vanilline, qui donne ce goût de vanille…  infiniment moins cher que la vanille bourbon de Madagascar… la « nature » est bien faite n’est-ce pas ?

Brotip: Si vous cherchez un concentré vraiment naturel, vraiment extrait du produit authentique de chez authentique (mais pas forcement de grande qualité, ne vous leurrez pas), il faut chercher du coté des « extraits naturels de… »

Le but est donc de défricher des idées reçues et de simplifier les recettes tout en améliorant grandement le résultat final du cocktail bu.

Deux recettes de sirop, la facilité et la complication

Jeff « Beachbum » Berry, figure Tiki de notre époque, une tripotée de bouquins à son actif (dont le très bon « Potions of the Caribbean » que je passerai en revue prochainement) reconnait la difficulté de réaliser un sirop d’orgeat digne de ce nom, un comble quand on connait la complexité des réalisations Tiki !

Recette du sirop d’orgeat du Sherry Butt

  • 333 gr de poudre d’amande
  • 1L d’eau
  • 1Kg de sucre
  • 15ml  d’arôme amande amère
  • 0,675ml arôme de fleur oranger (0,6gr)

Pour réaliser ce sirop, mon ami me recommande d’utiliser un extracteur de jus (le truc à la mode chez les hipsters, qui coûte la peau du c*l) et d’extraire la poudre d’amande avec de l’eau. Il se trouve que j’ai ça sous la main, ne me demandez pas pourquoi…

Afficher l'image d'origine

Mymouné semble être une super marque pour ce produit pas facilement trouvable (si vous en cherchez un de bonne qualité).

Eau-fleur-oranger

Eau de fleur d’oranger

J’ai eu une aventure avec ce sirop d’orgeat… Non, ce n’est pas ce que vous croyez… Mon ami utilise un arôme d’amande amère bien moins concentré que le mien (acheté chez G. Detou, spécialisé en produits pour pâtissiers professionels), je dirais bien qu’il y a un x10 de concentration entre le sien et le mien. Comme un petit soldat qui s’incline devant tant de puissance d’une sommité du bar, j’applique la recette à la lettre.

Le flacon d’arôme d’amande amère fait peur:

Arome-amande-amere

Arôme… ah merde ! Y en a partout !!! Ca attaque le plastique et les meubles !

En versant la dose requise, j’en mets deux gouttes sur le plateau de ma balance de cuisine, j’en profite pour porter une goutte sur ma langue pour essayer le produit… Mauvaise idée, ça me brûle la langue et la peau… Je m’empresse d’aller essuyer les gouttes sur ma balance… Je me rends compte que la peinture vient avec !!! OH SHIT ! Rien n’est marqué sur le flacon concernant la dangerosité si ce n’est « ne pas consommer en tant que tel »… Okay j’ai compris, chat échaudé…

flacons-gants

Let’s cook ! Okay les pictogrammes font peur

Une petite musique d’intro résonne dans ma tête…

breaking-bad

B*tch !

Bref, me raser le crane n’aura servi à rien puisque le sirop est foutu, j’aurais dû lui demander quel marque et type d’arôme il utilisait pour ce sirop…

Mise à jour de l’article au 01/08: Chez CocktailMolotov, on n’abandonne pas ! Bien déterminé à réaliser coûte que coûte ce sirop, j’utilise cette fois des amandes entières (bio) pour que l’extracteur fasse son travail de broyage (qui ne marchait pas avec la poudre d’amande).

extracteur de jus

Les huiles de l’amande se s’extraient

Le sirop est fait -n’oubliez pas de goûter votre sirop à chaque goutte que vous ajoutez d’amande amère, la concentration dépend du produit que vous avez acheté…-, On va maintenant le comparer face au sirop express.

Couleur sirop orgeat

Couleurs des sirops avant et après dilution.

 

Au gout: Le sirop à l’extracteur est un peu plus riche, pâtissier, cependant la différence de goût est très mince et on doute que cela se perçoive en cocktail… Par conséquent, on vous recommande la recette express ci-dessous.

Je me rattrape sur le sirop express de l’ami Kevin Liu, auteur de Craft Cocktail at home, super bouquin, qu’il faut que l’on passe en revue, depuis le temps qu’on en parle…

Recette express d’un sirop d’orgeat délicieux

Sirop d'orgeat maison
Sirop d'orgeat maison
Sirop d'orgeat délicieux, sans se casser la tête
Ingredients:
  • 200 gr de lait d'amande
  • 100 gr de sucre
  • 8 gouttes d'arome d'amande amère
  • 4 gouttes d'eau de fleur d'oranger
Instructions:
Assemblez le tout dans n'importe quel ordre. Mélangez jusqu'à complète dissolution du sucre. Conservez au frais pendant quelques semaines
bjorg lait d'amande

Bjorg fait le travail

Comparaison des deux sirops (maison et industriel)

Si vous avez suivi, j’ai échoué sur le sirop, mettant bien trop d’amande amère, heureusement il me reste le sirop indus du bon marché et celui maison.

Dilués à l’eau (5 parts d’eau fraîche pour 1 part de sirop)

Le blanc est bien plus soutenu sur mon sirop maison, des aromes floraux et le côté gras de l’amande se font sentir. Le sirop roule sur la langue, l’amande amère est présente, mais ne prend pas le dessus sur les autres arômes.

Sirop Bon Marché, plus sucré, moins complexe, porté sur l’amande amère, sans que ça soit trop prononcé non plus.

Vainqueur: De peu, le sirop d’orgeat maison, pour des arômes plus subtils. Celui-ci gagne de peu car l’autre sirop est loin d’être mauvais.

J’ai en tête des sirops du commerce (Sirop sport, monin) avec un parfum d’amande amère tellement entêtant qu’il en devient désagréable… une goutte de trop de ces sirops dans votre Mai Tai et vous ne sentez plus que ça…

D’ailleurs, quoi de mieux que de comparer ces sirops avec un cocktail emblématique, porte étendard du sirop d’orgeat (et du Tiki, ne l’oublions pas !)

Comparatif en Mai Tai !

Rhum retenu pour le contest: Appleton 8 ans.

comparatif-sirops

Les deux contenders, départagés par le Jigger, arbitre de ce duel !

Au nez: Le lait d’amande de la recette express apporte vraiment un côté « lacté » floral et frais. ce n’est pas l’amande amère qui prédomine, il y a un équilibre qui n’est pas présent dans le mai tai fait au sirop industriel. Vainqueur : Sirop d’orgeat maison

En bouche: Les arômes du Mai-Tai avec sirop maison sont très fondus, harmonieux, aucun ne prédomine vraiment, ils sont en accord du début à la fin.

Curieusement, celui fait avec un sirop industriel est complètement différent, pas du tout harmonieux, on sent bien plus la force alcoolique du rhum. Deux pics aromatiques ressortent, un coté épicé important, ainsi que le côté agrumes du Curaçao, l’amande amère accompagne ces saveurs, dans un Mai Tai qui est loin d’être tranquille, soyeux…

Verdict

Faites-vous en quelques minutes un sirop d’orgeat maison, vos cocktails vous en remercieront ! Bien dilué à l’eau glacée c’est également excellent et très rafraîchissant.

Pour les plus téméraires, tentez le sirop d’orgeat à l’extracteur de jus 😉

Retrouvez tous nos sirops maison dans nos ateliers avec Colada, créateur d’ateliers cocktails innovants pour tous !

 

Edradour, l’une des plus petites distilleries d’Ecosse

J’en vois déjà nous reprendre pour ce titre un poil accrocheur ! Bien entendu, cela ne concerne que les distilleries dites « historiques », et non les micro-distilleries récentes qui poussent comme des champignons au-delà même de l’Écosse.

Edradour est donc l’une des plus petites distilleries d’Ecosse. Contrairement aux plus modernes où tout le procédé est intégré dans un même bâtiment « à la chaîne », le procédé de production de l’eau de vie est ici scindé entre plusieurs bâtiments, ce qui lui confère un charme hors du commun. Elle garde un caractère « distillerie à dimension humaine » et accueille en son sein les fûts et bureaux de l’embouteilleur indépendant Signatory Vintage, maintenant propriétaire de la distillerie. Celui-ci stocke tous ses fûts sur site, pour le bonheur des visiteurs qui accèdent aux entrepôts et sont émerveillés devant les fûts s’alignant à perte d’horizon.

Edradour, son histoire, sa vie, notre parcours sous son toit.

Au cœur des Highlands écossaises, aux alentours de Pitlochry, les voyageurs en quête d’histoire et d’Uisge Beatha pourront trouver un havre de tradition et de savoir-faire qui semblerait presque figé en dehors du temps et de l’espace.

Bienvenue à Edradour, distillerie de whisky « familiale » et traditionnelle, mais surtout à dimension humaine.

panorama

Edradour distillery, Pitlochry (Perthshire), Écosse

Visite de la distillerie Edradour

Bien loin des visites convenues, répétitives et sans surprise des distilleries plus imposantes et rachetées par des grands groupes, telles que Lagavulin ou Oban, Edradour cultive son attachement au terroir et le caractère artisanal de sa distillerie. Accueillie par Roy, citoyen britannique arborant pourtant la tunique traditionnelle comme un véritable natif, l’équipe de Cocktail Molotov a donc pu découvrir le sens de l’hospitalité écossaise bien rapidement, avec une dégustation offerte d’Edradour 10 Yo, de Ballechin Bourbon Barrel, ainsi que de la fameuse Cream Liquor.

bottles

Edradour 10 yo & Ballechin Bourbon Barrel & Edradour Cream Liquor

De quoi se mettre rapidement dans le bain avec un bon aperçu des différentes productions de la distillerie, basées comme de nombreux concurrents locaux sur un malt d’orge tourbé (Ballechin) ou simplement séché (Edradour). La Cream Liquor, quant à elle, se révèle étonnement rafraîchissante, ronde et loin d’être saturée de sucre comme les a priori pourraient laisser imaginer. À 16£ la bouteille, il s’agit donc d’une excellente alternative pour un apéritif frais et original à un pastis mal dosé !

Mais revenons-en à nos moutons. Passé un visionnage de DVD revenant sur l’histoire de la distillerie et les méthodes de production – on dira que c’est de bonne guerre –, de son passé illicite à son installation officielle en 1825, la visite peut commencer. Ici, pas d’interdiction de prendre des photos, et encore moins de corridor parsemé de photos approuvées par quelque Directeur Marketing à Londres : au contraire, une visite au cœur du lieu du travail. À quelques mètres à peine des ouvriers en train de nettoyer les cuves et filtrer la drêche encore tiède, dans une atmosphère chaude et humide aux odeurs caractéristiques de malt, on se laisse bercer par les vapeurs du moût en fermentation à côté des alambics en chauffe. Attention à ne pas trop céder aux sirènes des cuves, nous prévient Roy ; il semblerait en effet que les travailleurs soient las d’aller y récupérer les paires de lunettes de touristes trop gourmandes et étourdies !

alambics

Les alambics et les cuves de brassage

dreche

le transport de la drèche encore tiède vers les fermes avoisinantes – elle n’est pas perdue pour tout le monde !

Aspects techniques propres à Edradour

Et des choses à dire sur la distillerie, il y en a. Si ce n’est le maltage, qui n’est plus fait manuellement sur place comme auparavant pour des raisons logistiques, l’outillage et les méthodes n’en restent pas moins traditionnels et adaptés à des petites échelles. La cuve de brassage, pour mélanger le malt à l’eau, date ainsi de plus de 110 ans, tandis que le refroidisseur (« Morton Refregirator ») est le dernier de son genre en Écosse – et presque ancestral quand on le compare aux échangeurs thermiques des brasseries artisanales ! L’alambic de seconde passe, et c’est là un sujet de grande fierté pour Roy, est le plus petit du pays, et à l’origine selon lui de la subtilité du whisky « New Make » de la distillerie.  Edradour aime aussi mettre en valeur ses « Worm Tubes », qui permettent de condenser les vapeurs d’alcool en les refraîchissant. La distillerie étant située en contrebas d’une rivière d’eau très pure, ceux-ci sont donc directement immergés dans la rivière, qui fournit aussi l’eau servant à réduire le whisky – « faire d’une pierre deux coups » ! Enfin, le coffre à distillat n’a pas bougé d’un iota ces dernières décennies, et ne dispose d’aucun système de contrôle électronique. Tout est laissé à la main du maître de chais et propriétaire, Andrew Symington.

edradour-rivière

La Edradour Burn, plus fraîche que son nom laisse supposer

Andrew Symington et Signatory Vintage

Et Andrew est un personnage. Que ce soit par sa carrure, sa disponibilité, ou son histoire de fondateur de Signatory Vintage, l’homme dégage une certaine aura presque malgré lui. La légende raconte même qu’il serait capable de discerner les arômes pernicieux du colorant caramel E150A dans le whisky, mais l’intéressé a refusé de confirmer quoi que ce soit sur le sujet à Cocktail Molotov…

C’est dans les entrepôts de la distillerie que la visite va continuer et toucher à sa fin.

entrepot-edradour

Heureusement, Roy a la voix qui porte

Tandis que les anges se délectent de leur part en notre présence, les inscriptions sur les tonneaux laissent rêver ; et, Signatory Vintage étant un embouteilleur indépendant, on y découvre aussi des fûts venus d’ailleurs.

On ressort de cette visite émus et perplexes. Émus, car les valeurs de la distillerie sont celles que l’on aime voir et sentir : savoir-faire, générosité, tradition. Modérés, car Edradour ne joue pas pour autant dans la cour des grands Talisker, Glendronach ou encore Springbank. Et si les 10 ans d’âge offrent déjà d’intéressantes notes boisées et avinées, ils peinent toutefois à atteindre la subtilité et la profondeur et que l’on peut dénicher sur des gammes similaires ailleurs en Écosse.

Mais à Edradour, on est bon joueur. À l’issue de la visite, le bar de la distillerie vous proposera ainsi des dégustations de flacons incroyables de tous les coins de l’Écosse à des prix défiant toute concurrence. Pour les besoins de la science et par pure générosité envers ses lecteurs, l’équipe de Cocktail Molotov s’y est donc dévouée !

bar-edradour

« Nous allons prendre tout le bar, s’il vous plaît »

caol-jura

Pour conclure, si votre chemin vous mène dans les Highlands et que vous êtes à la recherche d’une distillerie authentique et plaisante à visiter, Cocktail Molotov vous recommande chaudement Edradour. Les plus sceptiques garderont aussi en tête que le simple bar de la distillerie sera de nature à pleinement rentabiliser le temps et l’essence nécessaires à cette escapade – certains diraient même : le voyage. Et n’oubliez pas de demander Roy : quoi de plus plaisant que de découvrir un haut lieu de la culture écossaise par le prisme de l’humour british ?

Infos complémentaires

Edradour
Edradour est la plus petite distillerie d'Ecosse (hors micro-distillerie récente)
Edradour Distillery
Pitlochry
PH16 5JP
GB
 

Le bar Résistance prend soin du Marais.

Résistance est un bar à cocktails qui a été lancé il y a un peu plus d’un an par un pâtissier. Et ça change à peu près tout !

L’importance de l’homme de bar

Mais surtout ce qui change la donne, c’est l’arrivée il y a maintenant 3 mois de Tristan Simon, qui s’est illustré au bar A la Française.

… 

 

120 Rhums – Alexandre Vingtier

Jusque-là, nous avons toujours été satisfaits des éditions Dunod en ce qui concerne les spiritueux et les cocktails – vous pouvez d’ailleurs retrouver notre revue de l’excellent livre 101 cocktails mythiques par F. Monti. Un format efficace, adapté aux rafraîchissements ponctuels comme aux orgies de lecture, à la découverte comme à l’approfondissement des connaissances. Aujourd’hui, Cocktail Molotov vous présente un ouvrage qui, loin de déroger à cet héritage, va même pousser plus loin l’originalité du style. Vous découvrirez dans cet ouvrage 120 fiches pour 120 rhums, abordant des techniques de production, de distillation et de dégustation. Vous en apprendrez également plus sur l’histoire des distilleries qui ont marqué leur temps.

…