Les Cocktails de la Prohibition : le Last Word

Ce mercredi sort en salle une nouvelle adaptation cinématographique de « Gatsby le Magnifique » avec Leonardo Di Caprio et Tobey Maguire. L’occasion pour nous de revenir sur une époque qui n’a pas toujours été tendre avec le cocktail, qui lui fut même presque fatale : la Prohibition. Contrairement à ce que vous avez peut-être entendu à droite et à gauche, ce n’est pas lors de la Prohibition que les cocktails ont été inventés pour masquer le goût des mauvais alcools : il suffit d’ouvrir un bouquin de Jerry Thomas ou de Harry Johnson pour voir que des recettes de cocktail, il en existait déjà un bon paquet bien avant la Prohibition. Bien au contraire, le manque de produits de qualité a gravement nui à l’imagination des barmen, et peu de cocktails créés à cette époque sont passés à la postérité, si ce n’est ceux qui ont été inventé en Europe.

Copyright Cocktailia

Il y en a quand même quelques-uns qui ont sauvé les meubles, et certains cocktails de la Prohibition méritent toute notre attention. Cette semaine sera la semaine des cocktails de la Prohibition, avec une recette soigneusement choisie par CocktailMolotov qui vous sera proposée chaque jour. On commence aujourd’hui avec le Last Word :

Last Word

  • 2,5 cl de gin
  • 2,5 cl de Chartreuse Verte
  • 2,5 cl de Maraschino
  • 2,5 cl de jus de citron vert

Créé à Détroit au début des années 20 au Detroit Athletic Club, c’est le comédien Frank Fogarty qui l’introduit plus tard à New York. C’est certainement lui qui lui a donné son nom : Fogarty était connu pour sa répartie et sa façon bien à lui d’avoir toujours le « dernier mot » (Last Word en anglais, je sais qu’il y en a qui ne suivent pas.) Ce cocktail est malheureusement tombé dans l’oubli jusqu’en 2004, quand Murray Stenson du Zigzag Cafe redécouvre la recette. Il y a eu par la suite un véritable engouement pour ce cocktail dans la région de Seattle et de Portland avant de s’étendre à toute la communauté mixologique. C’est d’ailleurs une des recettes les plus revisitées : Final Ward et Pete’s Word pour ne citer que ces deux-là (que je vous recommande d’ailleurs tout autant que la version originale).

Fraîcheur, acidité, légèreté, et ce petit goût de mystère ajouté par le Maraschino, tout y est. Un must-drink.

6 Comments

  1. ollieric 09/09/2014 Reply
    • CocktailMolotov 05/10/2014 Reply
  2. nicolas 17/10/2014 Reply
    • CocktailMolotov 17/10/2014 Reply
  3. nicolas 17/10/2014 Reply
  4. martial 06/09/2016 Reply

Laisser un commentaire