Raspberry Collins, un cocktail au gin et à la framboise (vidéo)

des framboises en gros plan

Un cocktail de la grande famille des Collins, très rafraîchissant, qui remplacera avantageusement le trop classique Mojito pour l’été. Comme beaucoup de cocktails issu de la vague du renouveau du cocktail, il a été inventé à Londres en 1999 (par Cairbry Hill).
Bonne dégustation !

Raspberry Collins

Par , le

Un verre de Raspberry Collins
Un verre de Raspberry Collins

Temps de préparation : 4 minutes

Ingredients

  • Une dizaine de framboises
  • 6 cl de gin
  • 4 cl de citron
  • 1,5 cl de crème de framboise
  • 1,5 cl de sirop de sucre
  • 3 dashes orange bitters
  • eau gazeuse

Instructions

  • Ecraser les framboises au fond du shaker
  • Ajouter tous les ingrédients à part l’eau gazeuse
  • Recouvrir de glace puis remuer énergiquement votre shaker pendant 7 à 12 secondes
  • Servir dans un grand verre de type Collins rempli de glaçons
  • Garnir de quelques framboises

Les petits trucs en plus de Molotov

On adore les Collins pour leur côté long drink à siroter lentement en été, ce qui change des éternels Mojitos. Même s’il est possible de faire un Mojito framboise, le Collins s’y prête mieux.

C’est dû à l’alcool de base : le gin se marie mieux avec les fruits rouges que le rhum. Si vous n’aimez pas le gin (shame on you), sachez qu’on peut le préparer à la vodka.

Même si la couleur et les ingrédients peuvent le faire passer pour un cocktail girly, sachez qu’on a aucun préjugé là-dessus chez CocktailMolotov. Et surtout les Collins existent depuis belle lurette, et ont toujours été des cocktails populaires. Tout le monde en buvait sans distinction d’âge, de classe ou de sexe, alors faites vous plaisir !

Crédits photo :
Certains droits réservés par oatsy40
Certains droits réservés par Didriks

Dry Martini Cocktail (vidéo)

Le Dry Martini, le roi des cocktails, popularisé par James Bond qui le préfère « au shaker, pas à la cuillère ». Il paraît qu’il en existe autant de recettes que de barmen. C’est probablement un descendant du Martinez, par son nom, mais aussi par sa recette. Un Martinez se prépare aussi avec du gin, mais avec un vermouth doux (et un peu de marasquin). Et à l’inverse du Martini, il y a plus de vermouth que de gin ! Juan Pablo remonte aux origines du cocktail pour vous livrer une recette qui a plus de 100 ans.
Bonne dégustation !

Le ratio idéal Gin/Vermouth pour le Dry Martini

Bien qu’il soit vrai que la recette ait évolué dans le temps, avec la disponibilité du vermouth sec ou non, guerres, prohibitions… On s’accorde sur le fait que le ratio généralement proposé pour le Dry Martini est d’environ 3,5 de gin pour 1 de vermouth sec. Entre 3 et 4 pour 1, de toute façon ce sont vos papilles qui comptent, goûtez et ajustez. Aujourd’hui on vous propose pour l’expérience d’aller jusqu’à 6 pour 1. On en a même vu qui rincent juste les glaçons au vermouth. Churchill se contenter de boire en regardant la bouteille, ou en direction de la France.

À l’inverse, deviennent de plus en plus populaires les reverse martini qui inversent le ratio de gin et de vermouth.

De même sur le gin, et bien que ce point de vue, lors du comparatif de gins pour Martini, n’engage que son auteur, on vous recommande un london dry premium de type Martin Miller.

Au shaker ou à la cuillère ?

Tout le monde connaît cette fameuse phrase du plus célèbre agent secret du monde, j’ai nommé James Bond. S’il est une référence en terme de style, peut-on lui faire confiance pour les cocktails ? Dans un premier temps, je serais tenté de dire non, mais dans un deuxième temps on peut se dire que oui.

En effet, le Dry Martini ne contient pas de jus de fruit, d’oeuf ou de crème. Tous ses ingrédients sont clairs. Pour ce type de cocktail, il est donc recommandé de préparer à la cuillère. Le résultat final est bien plus joli, puisqu’on ne fait pas entrer de bulles d’air dans le cocktail.

Mais James Bond demande une petite variante de Martini : le Vodka Martini. Or la vodka demande d’être beaucoup plus froide que le gin pour être buvable ;-). Il vaut mieux préparer au shaker dans ce cas. D’ailleurs le ratio de vermouth est encore plus faible dans un Vodka Martini, c’est presque un simple shot de vodka refroidi.

Dry Martini

Par , le

Un cocktail Dry Martini avec ses ingrédients : gin, vermouth sec et orange bitters

Temps de préparation : 3 minutes

Ingredients

  • 6 cl de gin
  • 1 cl de dry vermouth
  • 3 dashes d’orange bitters

Instructions

Refroidir le verre à Martini avec des glaçons. Assembler tous les ingrédients dans un verre à mélange. Mélanger à la cuillère pendant 30 secondes. Retirer la glace du verre, servir dans le verre à Martini. Garnir d’un zeste de citron.

Pour préparer ce cocktail il vous faudra nos essentiels du matériel cocktail.

Le choix de CocktailMolotov

Gin

Pour le gin, nos préférés pour un Dry Martini dont le Martin Miller ou le Sipsmith. Mais tant que c’est un London Dry, sentez-vous libre d’expérimenter. Pour un plus petit budget, un Beefeater fera l’affaire.

Vermouth

La référence reste le l’Original Dry de Noilly-Prat. Vous pouvez aussi utiliser le Dry de Dolin, même si historiquement les vermouth de Chambéry étaient doux, ils font un très bon sec (et inversement, Noilly-Prat fait du doux).

Parfois plus facile à trouver que ces deux-là, il y a l’Extra Dry de Martini (la marque, pas le cocktail). Attention ne prenez pas du Bianco, il est trop sucré !

Bitter

La recette originale demande du Bitter orange. Il y a celui d’Angostura, mais celui qu’on préfère chez CocktailMolotov, c’est le Reagan’s. Cependant ils sont introuvables à part dans les boutiques spécialisées ou sur Internet. Sachez que la police du Dry Martini ne viendra pas vous mettre une amende si vous le préparer avec un bitter aromatique, style Angostura classique. C’est tout à fait accepté !

Martinez

Après les classiques, ceux que l’on adore rater dans les bars de « base », les cocktails du jour qui surfent sur la vague du renouveau de la mixologie, voici les vintages. Ces précieux breuvages datent de l’âge d’or du cocktail, juste avant la période la plus sombre de notre histoire: Le Moyen-Age et son obscurantisme ? La Seconde Guerre mondiale et les camps de concentration ? Les années 2000 et l’avènement de la télé-réalité ? Que nenni … Je parle bien sûr de la Prohibition !

Cette longue période sans alcool a fait tomber les cocktails dans l’oubli. Heureusement, certains barmen consciencieux avaient pris soin de coucher sur le papier leurs recettes les plus fameuses. C’est le cas de Jerry Thomas et son fameux Bartender’s Guide, dans lequel on retrouve le Martinez. On trouve une occurrence précédente de ce cocktail dans le Modern Bartender’s Guide de O.H. Byron en 1884. Ce cocktail est le précurseur du Martini, on y retrouve déjà le gin et le vermouth, ainsi que le bitter.

Martinez

Par , le

Temps de préparation : 3 minutes

Ingredients

  • 3 cl Plymouth gin
  • 6 cl vermouth rouge
  • 0,5 cl de liqueur de marasquin
  • 1 dash de bitters à l'orange

Instructions

  • Assembler les ingrédients dans le verre à mélange
  • Remplir de glace
  • Remuer à la cuillère en essayant d’accompagner les glaçons d’un mouvement fluide pendant environ 15 à 20 secondes
  • Filtrer dans un verre à cocktail préalablement refroidi
  • Déguster