Compilation 2013 des requêtes insolites : « orthographe de kocktel molloto »

Mr Bean - If you know what I mean

Rappelez-vous l’année dernière, on s’était un peu moqué des gens qui avaient du mal à faire des recherches sur Google et le fameux « comme fait cocktel molotof ». En effet, le génial outil de Google, Google Analytics, nous permet de savoir quelle requête les gens ont tapé dans Google avant d’arriver sur CocktailMolotov.

Cette année encore, nous avons eu droit à un grand cru de requêtes plus originales, voire dérangeantes, les unes que les autres. Puisqu’on est encore en plein festival de Cannes, je vous propose quelques nominations pour des palmes un peu spéciales.

 

Palme de l’empoisonneur

 

Sont nommés :

  • cocktail schtroumpf avec soho : désolé, ce n’est pas le bon site pour trouver ce genre de recettes.
  • comment preparer une boisson avec des pelures d’ananas : la fricadelle du cocktail ! http://www.youtube.com/watch?v=ycRqiCLBGGU
  • jus avec la peau d’ananas maison : c’est une mode apparemment, certainement des écolos qui recyclent tout.
  • idée cocktail imbuvable : allez voir chez la concurrence pour ça (on ne donnera pas les noms).
  • coktail a boire au petit dejeuner : un Corpse Reviver #2

 

 

Palme du pervers

 

Sont nommés :

  • films du meme genre que i own his ass pt2 : Il y a des gens qui cherchent du porno gay, et qui tombent sur notre blog, il y a un bug dans l’algorithme de Google.
  • cocktail de mouille à volonté video : même au Nightjar ils n’utilisent pas ce genre d’ingrédients.
  • décolleté amateur : Allez, on est sympa, en voilà un.
  • l’alcool l’absinthe sexe petite filles : IP dénoncée au FBI.

 

 

Prix Spécial du Jury « Bernard Pivot »

 

Sont nommés :

  • orthographe de kocktel molloto : au moins, il a senti qu’il écrivait une connerie et il est venu vérifier sur Internet.
  • etiquette de quintro : au lieu de Cointreau, du coup on dirait que c’est un produit espagnol. C’est Juan Pablo qui prononce mal je pense.
  • sirop de sucre de connes composition : ou comment une faute de frappe change une recette anodine en carnage. Il faut presser deux ou trois connes pour obtenir un litre de sirop de sucre de connes. On se fournit chez les Chiennes de gardes.

 

 

Palme de la question existentielle

 

Sont nommés :

  • le daiquiri est ce fort ? : oui.
  • pourquoi buvons nous : parce que.
  • math : comment calculer 1/3 sur 4 litres en équation pour trouver 1l : La réponse est 6.

 

 

Palme de l’apprenti chimiste

 

Sont nommés :

  • le pourcentage d’alcool diminue si on melange avec le coca : si on mélange, on fait toujours baisser le pourcentage d’alcool. Sauf si on mélange avec de l’alcool bien sûr.
  • determination du degre alcoolique d un melange eau-ethanol : trop chimiste pour nous.
  • Champagne et menthe incompatible : et le Old Cuban, c’est du pipi de chat ?

 

 

Palme du « Forever Alone »

Seul nommé :

    • i need a girl in my life

Le South Side – Les Cocktails de la Prohibition

De retour aux États-Unis après notre petit crochet par l’Europe avec le Sidecar, le South Side aurait été inventé au 21 Club à New York. Ce speakeasy disposait d’un ingénieux système qui permettait d’envoyer toutes les bouteilles directement à l’égout en cas de visite impromptue des autorités. Il se pourrait aussi qu’il ait été inventé au Southside Sportsmen’s Club toujours à New York, mais il n’y a rien de marrant à raconter sur ce club (que je sache en tout cas).

Enfin, la dernière histoire, affirmée sur des sites assez sérieux ( comme le Difford’s Guide par exemple), mais plutôt présentée comme une légende pour d’autres, est que le cocktail était le préféré des gangsters du South Side de Chicago, alors que ceux du North Side buvaient plutôt des Gin – Ginger Ale. Avouez que ça en jette de se dire qu’on boit le même drink qu’Al Capone.

Southside

Par , le

Un Southside Cocktail

Temps de préparation : 3 minutes

Ingredients

  • 6 cl de gin
  • 2 cl de jus de citron vert
  • 2 cl de sirop simple
  • 6 feuilles de menthe

Instructions

Assembler tous les ingrédients dans le shaker. Recouvrir de glace et shaker vigoureusement pendant une quinzaine de secondes. Verser dans une coupe et garnir d'une feuille de menthe.

En été, n’hésitez pas à allonger le cocktail avec de l’eau gazeuse, ça vous changera (un peu) des Mojitos.

Video: Comment faire un East Meets West Julep

Aujourd’hui, une rencontre entre l’Orient et l’Occident, le bourbon contre la grenade. Un cocktail très rafraîchissant et très plaisant visuellement, la couleur venant du pourpre de notre sirop de grenadine « maison ».
Bonne dégustation !

Old Cuban cocktail (video)

Le Old Cuban est une version plus récente et plus raffinée du Mojito, inventée par Audrey Saunders, la femme la plus reconnue dans une profession très masculine. C’est un des cocktails modernes qui a le plus de succès.
Bonne dégustation !

Lire la suiteOld Cuban cocktail (video)

Mojito

Préparation des mojitos à la Bodeguita del Medio, à Cuba

Le Mojito est définitivement un cocktail emblématique qui rafraîchit tous les gosiers, qui vous transporte en un instant sous de chaudes latitudes caribéennes au son de la salsa.

Depuis une quinzaine d’années, ce cocktail cher à Hemingway tient le haut du pavé en France. Comme toute chose qui devient trop populaire, il s’est galvaudé et aujourd’hui, on ne sert plus qu’une soupe étrange qui ressemble vaguement à un Mojito dans la plupart des bars, et on se demande s’ils savent comment préparer un Mojito !

C’est un cocktail conçu pour être rafraîchissant, il ne doit donc pas être trop fort en alcool ou trop sucré, de même il ne doit pas être amer. Il faut utiliser du rhum cubain (voire notre guide des rhums), du jus de citron vert pressé, de la menthe fraîche et de l’eau gazeuse.

Comment faire un Mojito

La réussite du Mojito réside, comme dans la plupart des grands classiques, dans un travail minutieux du détail : la recette est simple et pourtant il y a une telle variation de qualité d’un bar à l’autre ! Considérez la recommandation de la référence mondiale Robert Hess, « Ne jamais demander un Mojito à un barman occupé, le Mojito est un cocktail compliqué, qui demande du temps ».

L’importance d’avoir des ingrédients frais de première qualité !

Pour un Mojito de première qualité, on garde au frais ce qui doit être frais jusqu’au dernier moment, pas de Pulco, pitié ! La menthe est un élément critique ainsi que la glace, à défaut d’en avoir suffisamment ou que ces éléments soient de mauvaise qualité (et les lecteurs de CM savent qu’on ne rigole pas avec la glace), laissez vos envies de Mojito pour la prochaine soirée!

Mojito

Par , le

Un mojito garni d'une tranche de lime (citron vert) et d'un petit bourgeon de menthe
Certains droits réservés par Chris Pople

Temps de préparation : 5 minutes

Ingredients

  • 5 cl de rhum cubain
  • 2 cl de jus de citron vert
  • 2 cuillère à café de sucre blanc
  • 6 à 8 feuilles de menthe
  • 3-4 cl d'eau gazeuse

Instructions

  • Mettre les feuilles de menthe au fond du verre
  • Ajouter le sucre. La texture abrasive de la poudre va permettre de mieux extraire la saveur de la menthe en évitant l’amertume
  • Mettre un tout petit peu d’eau gazeuse. Ca vous dit quelque chose les Mojitos avec un sédiment épais de sucre? C’est que le barmen ne connaissait sûrement pas l’importance de cet ajout d’eau préalable qui facilite la dissolution du sucre
  • Ecraser gentiment le mélange … j’ai dit gentiment ! Si on y va trop fort, la menthe va prendre un goût amer et/ou vous vous retrouverez avec des bouts de menthe entre vos dents. Le but de cette opération est d’extraire les huiles essentielles de la menthe, de dissoudre le sucre et de commencer à lier le mélange

Matériel

  • Verre « Highball »
  • Cuillère
  • Pilon

Notre article sur le matériel recommandé par CocktailMolotov

C’est la version du Mojito qu’on vous servira dans les grands bars. Vous obtenez ainsi un Mojito très clair, propre, rafraîchissant comme il devrait l’être et agréable à la vue par sa transparence légèrement teintée de vert par la menthe.

Le mojito, un cocktail qui n’est pas forcément le préféré des barmen

Parmi les barmen qui se respectent en France, une partie plus radicale a décidé, pour montrer qu’ils étaient sérieux lorsqu’il s’agissait de leurs mélanges, de refuser de préparer des Mojitos. Ce parti pris est respectable – il s’agit de proposer de nouvelles recettes pour éduquer les palais des clients- mais n’est pas nécessaire : le Mojito est une vraie institution et mérite toute sa place au sein des plus beaux bars du monde !

L’histoire populaire du Mojito

Sachez que le Mojito peut avoir différentes interprétations. Tout comme la Caipirinha ou le Mint Julep, il s’agit d’un cocktail populaire qui n’a ni inventeur attitré ni lieu de naissance précis. En effet les Cubains pour adoucir l’attaque du rhum et pouvoir le déguster plus facilement à tout moment de la journée, se servaient de produits accessibles de l’île : le sucre, le citron vert et la Hierbabuena (variété de menthe). Le Mojito naît dans les alentours de 1930 sous plusieurs formes et évolue avec la société cubaine. C’est la découverte par Hemingway d’un épicier qui avait perfectionné la recette qui a permis la diffusion de ce cocktail.
A cause de cette naissance hétérogène, il est difficile de définir la recette originale. Sachez qu’à Cuba, au temple havanero des Mojitos qui est la Bodeguita del Medio, le Mojito est fait avec de la glace entière. Le Mojito restant un cocktail rafraîchissant, leur recette comporte par conséquent plus d’eau gazeuse. La recette que nous vous présentons est celle inspirée par la Bodeguita, qui a suivi quelques « améliorations » ensuite par les bars de grand standing. Prenez celle que vous préférez, en cocktails il n’y a pas une seule recette valable, mais toute recette qui en est une, doit être le fruit de la réflexion et de l’amour du mélange.

J’aime bien la menthe, est-ce que je peux rajouter plein de feuilles de menthe ? Ils font comme ça dans mon bar préféré, mais ils ne prennent pas le temps d’écraser les feuilles …

Oui si on veut une salade, mais pour un cocktail, il vaut mieux 10 feuilles correctement pressées.

J’ai pris un Mojito dans un bar réputé pour ses cocktails, ils ajoutaient quelques gouttes d’un liquide brunâtre à la fin. Qu’est ce que c’est ?

C’était certainement de l’Angostura, un alcool de la famille des Bitters. On en met parfois deux ou trois « dashes » dans le Mojito pour le relever et casser un excès de douceur.

À retenir pour la préparation du Mojito

  • On utilise du Rhum traditionnel, suivez les recommandations de CM.
  • On n’utilise pas un Rhum industriel boisé cela est incompatible avec le caractère de cette boisson
  • Le jus de citron vert frais est préféré à des quartiers de citrons pilonnés
  • On utilise du sucre en poudre blanc. Pour faire plus vite (on vous a dit que c’était pas l’idéal mais on comprend ce sont des choses qui arrivent) vous pouvez utiliser du sirop de sucre, cela donnera un goût légèrement moins prononcé au cocktail. En revanche il faut proscrire la cassonade, c’est une invention française, là vous serez plutôt dans le Ti Mojito !
  • La version plus répandue à la Havane utilise des glaçons entier et plus d’eau gazeuse

Précisions mixologico-chimiques de haute importance !

  • Le fait d’écraser la menthe permet d’extraire ses huiles essentielles, qui apportent son arôme cocktail. C’est une technique régulière utilisée pour préparer des cocktails avec des ingrédients tels que des herbes aromatiques ou des écorces de fruits
  • Le sucre en poudre permet d’extraire plus facilement les huiles essentielles, on évite donc en écrasant trop fort la menthe de faire ressortir l’amertume
  • Le sucre se dissout le plus facilement dans de l’eau, alors qu’en présence de glace et d’alcool il sera très difficilement soluble

Photo d’illustration de l’article : Certains droits réservés par BPPrice